Les montures

Elles sont très importantes et ne doivent pas être négligées. Elles peuvent être très chères, en fonction de leur degrés de précision. Elles existent en 2 versions, les montures azimutales et les montures équatoriales.

La monture azimutale
pour un débutant, la monture azimutale est facile d’utilisation, car il suffit de poser le télescope sur un sol plat et d’observer. Le déplacement du tube se fera parallèlement et perpendiculairement au sol. Il suffit de composer ces 2 mouvements pour permettre à l’observateur de suivre l’astre. Bien adapté à l’observation visuelle, en particulier avec les Dobson, car le grossissement utilisé est peu important. A fort grossissement, il faut continuellement agir sur la monture, ce qui engendre une vibration qui ne facilite pas l’observation de fins détails sur la lune ou les planètes. Il existe de plus en plus d’instruments équipés en azimutale. Le développement de l’électronique et de l’informatique a permi d’automatiser les montures au niveau du suivi et de la recherche d’objets. On peut aussi installer sur n’importe quel type de monture des encodeurs électroniques, qui reprend toutes les fonctions des montures informatisées.

La monture équatoriale
c’est un peu une monture azimutale, dont l’un des axes est incliné sur la latitude du lieu d’où l’on observe. Par conséquent ce type de monture va nécessiter une mise en station. Si cette dernière à été faite avec soin, il vous sera possible de suivre un astre avec un seul mouvement. On distingue 3 sortes de montures dite équatoriales :

monture équatoriale allemande


la plus commune pour les lunettes et les petits télescopes. Elle se reconnaît facilement, grâce au contrepoids placé sur une tige à l’opposé du tube optique. Il sert à l’équilibrage de celle ci, en fonction des accessoires que l’on souhaite utiliser. Les versions de bas de gamme, sont souvent très mauvaises et très peu utilisables. Sans un accessoire comme le renvoi-coudé, il est difficile de pointer une région du ciel comme le zénith.


monture équatoriale à fourche


le plus souvent les Newton et les Schmidt-Cassegrain sont livrés avec. La monture à fourche est trapue, et reste intéressante pour les instruments transportables. Défaut non négligeable de ce type de monture, le porte à faux de toute la masse du tube optique. Il faut donc sur-dimensionné l’axe qui va la supporter, pour limiter les contraintes mécaniques.


monture équatoriale en fer à cheval
peu répandue, bien que très stable et surbaissée, on ne les trouvent qu’avec certains télescopes Newton de grands diamètres. Totalement inadaptée aux Cassegrain ou autres Schmidt-Cassegrain, pour lesquels l’arrière du miroir principal doit être accessible.



Nous vous invitons à lire le livre de Guillaume Cannat, Le guide du ciel, édité chez Nathan.



-->


Rechercher :
Recherche avancée
---
Médiathèque